Un siècle de folie

© Photo : R.A.N.
© Photo : R.A.N.
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Vidéo
L’année 2014, à l’approche de Noël, sera marquée au Drouant par un anniversaire mémorable. En effet, depuis un siècle, le restaurant parisien que j’ai acquis en 2006 reçoit chaque année, en novembre, les jurés du Prix Goncourt. Ces derniers ont pour mission de primer ce qui se fait de mieux en matière de littérature française.

 

Et ma mission à moi, alors que l’établissement est envahi par les cameramen et les photographes, de créer un menu inoubliable pour célébrer à ma façon ce moment unique.

Les pieds à Paris, le cœur en Alsace, je ne suis pas écartelé pour autant par l’espacement géographique. L’attachement à ma terre natale je continue de la vivre ne serait-ce que dans la composition de mes recettes car j’aime retrouver aux fourneaux le panache et la générosité qui signent la gastronomie alsacienne. Après avoir fait ses preuves entérinées par un 3* Michelin, on reprend sa liberté pour offrir à ses clients les plaisirs de la bonne table que l’on s’applique à rendre aussi abordables que possible.

Mes fréquentations littéraires et artistiques suivent ce même état d’esprit partagé notamment avec le très populaire Tomi Ungerer, compagnon de tablée de longue date et mis à l’honneur dans ce magazine.

La gastronomie en Alsace, à la fois simple et raffinée, copieuse, qui a du corps, est une grande affaire dans notre culture exigeante où la convivialité n’est jamais oubliée. Les fêtes de noël, en particulier, deviennent l’occasion de faire découvrir aux visiteurs venus des quatre coins du monde le caractère singulier de nos traditions culinaires.

Le Drouant suit la tendance et nos tables ne sont pas avares, à l’occasion, de Poularde cuite comme un Baeckhoffe arrosée de Riesling Grand Cru ou bien d’une sélection de fromages « Quatrehomme » accompagnée d’un savoureux Gewurzt. Avec par moments une petite touche de folie, très alsacienne aussi, comme la Salade de homard relevée avec du Raas el Hanout.

Attachée à ses racines, innovante, c’est ainsi que j’aime l’Alsace que vous découvrirez par vous-même dès que Saint-Nicolas aura donné le signal des festivités.


Vidéo