Riquewihr, une ville phare de la vigne

Un archétype du village de caractère. © Photo R.A.N.
Un archétype du village de caractère. © Photo R.A.N.
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Diaporama
Perle du vignoble, Riquewihr, classé parmi les « Plus Beaux Villages de France », figure parmi les rendez-vous incontournables de l’Alsace pittoresque. Un décor de cinéma à visiter en toute saison pour son patrimoine bâti remarquable et bien d’autres émerveillements.

Caracolant  dans le peloton de tête de la fréquentation touristique, la cité médiévale se positionne au troisième rang régional après Strasbourg et Colmar pour le nombre de bâtiments classés au titre des Monuments historiques. Soit une cinquantaine ! Epargnée miraculeusement par les deux guerres mondiales, elle présente une rare homogénéité architecturale qui fait d’elle un archétype du village de caractère.

L’office de tourisme propose un circuit de découverte au départ de l’hôtel de ville, sur un axe est-ouest, afin d’apprécier en une seule balade les étapes à ne pas manquer.

Dès l’hôtel de Ville, à l’amorce de l’artère principale qu’est la rue du Général-de-Gaulle, on remarque la présence du Musée de la Communication installé dans le château des comtes de Wurtemberg-Montbéliard. Un cadre somptueux accueillant un itinéraire balayant 2000 ans d’histoire des Postes et Télécommunications. L’autre exposition permanente est constituée par une collection unique en France de diligences et de malles-poste du 18e au début du 20e siècle.

Au n° 14 de la rue du Général-de-Gaulle, on lèvera le nez pour admirer le « Gratte-Ciel », maison datée de 1561 se dressant à 25 m au-dessus du sol. Un festival de colombages orne la façade de cet édifice majestueux comptant parmi les maisons traditionnelles les plus hautes d’Alsace.

Appuyé contre le Gratte-ciel, au n° 16, c’est le musée-maison de Hansi, qui raconte à l’intérieur de ses murs le plus célèbre illustrateur de la région. Ici tout parle de l’œuvre et de la personnalité de cette figure éminemment libertaire : lithos, eaux-fortes, aquarelles…

Au n° 42, à la Maison du Gourmet dite « A l’Etoile », clin d’œil au même Hansi, avec une enseigne réalisée pour « Preiss-Zimmer - Gourmet viticulteur » d’après un dessin du maître représentant un aubergiste tenant une cruche et un gobelet. Vous êtes devant l’une des façades les plus baroques de la cité.

Au n° 45, la Maison du Cloutier, reconstruite en 1667, compte deux poteaux corniers (poteaux d’angles) sculptés, dont celui de gauche figurant un cloutier équipé des outils de sa profession.

Office de tourisme

Tél : 03 89 73 23 23

Toujours plus haut

A l’extrémité ouest de la rue du Général-de-Gaulle se dresse le Dolder coiffé de son beffroi, tour de guet situé en amont de la cité et monument emblématique de Riquewihr. Nous sommes dans la partie haute de la ville. Le Dolder, aménagé en musée consacré à la cité viticole, occupe 4 niveaux où le public se familiarise avec l’histoire de Riquewihr et son évolution depuis le Moyen Age jusqu’au 17e siècle.

Au pied du Dolder, la fontaine de la Sinne dite « Sinnbrunnen » fut érigée en 1560. Elle était dédiée au jaugeage (mesure du liquide stocké dans un contenant) des tonneaux de vin.

Jouxtant la fontaine, la rue des Juifs mène à la Tour des Voleurs qui servit de prison à la cité. Tour défensive postée à l’angle nord-ouest de la ville, elle abrite un musée donnant à voir une chambre de torture authentique et une salle de garde où sont exposés divers.


Le veilleur toujours utile

Ironie du sort, c’est en face du Dolder où résidait le veilleur de la cité chargé d’anticiper tout incendie et d’où le guetteur sonnait le tocsin, dans le quartier haut de Riquewihr, qu’un incendie a dévasté trois demeures anciennes le premier jour de l’année 2014. La disposition des maisons à colombages, proches les unes des autres, fait aussi leur vulnérabilité car cette proximité permet au feu de s’étendre rapidement. Faut-il rappeler le veilleur dans sa tour pour qu’il veille au grain ?


Diaporama

[Not a valid template]

Focus

La reine des foudres

A l’angle de la rue du Général-de-Gaulle, au n° 3 de la rue de la Première-Armée, est jalousement conservé le plus ancien tonneau en service dans le monde. Fabriqué en 1715 en bois de chêne, le foudre baptisé Sainte-Catherine figure au livre Guinness des records pour cette performance inégalée.