L’esprit authentique des veillées de Noël

© Ville de Sélestat
© Ville de Sélestat
A-  |  A+
Accès au contenu enrichi :Vidéo
Revivre, en période de Nativité, cet événement qui a si profondément marqué une civilisation dans sa foi et ses croyances suppose de se soustraire à un certain rythme « utilitaire » du quotidien pour se laisser imprégner par les rites et traditions inhérents à la période célébrée. Les veillées sont ce trait d’union entre Alsace et Noël des origines.

Les parents s’activent non plus à l’extérieur mais dans la maison. Les enfants ne sont plus tenus de se coucher tôt pour se lever de bonne heure afin de se rendre à l’école. Les proches et les amis qui comptent deviennent plus présents que jamais. L’ordre des choses est bouleversé et les soirées s’étirent tandis qu’on se réunit chez l’un ou chez l’autre, toutes générations confondues. Car l’heure, fût-elle tardive, n’est plus à l’organisation sociale routinière mais aux échanges autour de la mémoire collective. Celle des contes, des légendes, des traditions qui vivent hors du temps et de l’espace « productivistes ».

S’il est une chose à cultiver, durant ces quelques jours où Noël revit et brille de tous ses feux, c’est l’ensemble des coutumes et des rites qui en font, entre Rhin et Vosges, une fête unique, habillée de tout ce que les arts, les lettres, le folklore ont réservé à ce moment glorifié durant une saison festive d’intense communion.

Bercé par les églises

Ce qui est devenu aujourd’hui une survivance des « Gunkelstub » (veillées) permet encore et toujours aux adultes et aux jeunes de vivre des échanges informels et de partager le plaisir d’une convivialité ancrée dans la région. A ces moments fut ajoutée la musique, essentiellement sous l’influence des églises. Ces dernières, repères de la foi, organisaient et organisent encore des veillées dans leur cadre privilégié d’architecture romane ou gothique, à la sobre élégance ou à l’opulence raffinée. On s’y réunit en toute simplicité pour lire des textes ou entonner les psaumes et les chants de Noël. Les textes sont bibliques de préférence, les paroles en allemand, en français ou en latin.

Terre de passages, carrefour de civilisations, l’Alsace, à la parole enracinée et multiple, participe à sa façon, originale et forte, à un mouvement de ferveur où l’homme se retrouve une certaine nature, sacrée ou fraternelle, toujours généreuse.

St Nico en diapo

Un esprit de partage dans des espaces multiples

D’une part des événements spectaculaires où une certaine logique touristique bat son plein, d’autre part des réunions plus modestes, ouvertes au public, où l’esprit de Noël reste vivace. Ces dernières sont nombreuses en Alsace et méritent qu’on s’y attarde pour ne rien perdre de la charge émotive et spirituelle qui les accompagne.

Les lectures de textes et de poèmes, les chœurs d’enfants, les balades et les veillées aux flambeaux sont des aspects incontournables du temps de Noël dans la région. Ils s’achèvent souvent par des chants participatifs. Nombre d’initiatives mobilisent les habitants autour de ces veillées qui intègrent également des tendances plus modernes en matière de participation comme le karaoké de Noël.

Image de saint Nicolas d‘après PR Claudin © CIS Mittelwihr – BNU Strasbourg

Image de saint Nicolas
d‘après PR Claudin © CIS Mittelwihr – BNU Strasbourg

Une soirée parmi d’autres, peu connue du grand public, celle programmée pour la Saint-Nicolas, appelée « Le miracle de Saint Nicolas » est une légende mise en scène en 2 parties et 16 tableaux pour soli, voix d’enfants, chœur mixte, piano, orgue et orchestre à cordes. Le rendez-vous a lieu sur l’un des lieux patrimoniaux remarquables de la région, l’église de Hunawihr, bâtie dans une commune classée Beau village de France. Le spectacle proposé par le CIS Ethic-Etapes de Mittelwihr comprend un diaporama composé d’illustrations de Pierre R Claudin sur fond musical emprunté à l’œuvre du compositeur Joseph-Guy Ropartz.

 

Double peine pour les gâteaux

Les illustrations de Claudin proviennent d’un partenariat avec la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg qui a mis à la disposition des organisateurs des images rares retraçant la légende de saint Nicolas.

La soirée se tiendra le vendredi 6 septembre 2013 et se terminera, comme c’est un peu partout le cas durant cette période, autour d’un vin chaud, de petits gâteaux et des fameux manalas. Friandise fort convoitée par les enfants, le manala à la silhouette enfantine et bien dodue rappelle les trois petits enfants mis au saloir par un boucher et ressuscités par saint Nicolas. Une « double peine » pour les bambins reconnaît Philippe Engel, à l’origine du projet. « Car les enfants de la légende se voient ainsi doublement victimes du péché de gourmandise ».

Les visiteurs ne manqueront pas, dans la même église, d’admirer les fresques des 15e et 16e siècles en 11 panneaux consacrés à la légende du saint – dont la scène du saloir.

Informations

Tél : 03 89 47 93 09

En savoir +


Eclectique

Le sacré et le profane réunis

Les églises, comme les temples, rassemblent tous ceux, croyants ou non, qui sont animés par le désir de participer à un même élan. Celui du partage placé sous le signe de diverses formes d’art dans un esprit de sincère générosité.

Le temple de Saint-Étienne à Mulhouse © Photo R.A.N.

Le temple de Saint-Étienne
à Mulhouse © Photo R.A.N.

Le pasteur Roland Kauffmann fait partie de ces chevilles ouvrières dont la présence mobilise toutes les bonnes volontés durant les festivités de Noël. En charge des manifestations du temple Saint-Etienne de Mulhouse, édifice protestant réputé le plus haut de France, c’est l’artisan des veillées de chant participatif les plus anciennes, les plus réputées, les mieux fréquentées d’Alsace. Pour le pasteur, l’édifice, devenu lieu culturel incontournable dont la programmation artistique tourne à plein régime à longueur d’année, revêt son caractère religieux au moment où les fidèles s’y réunissent. Le reste du temps, il peut être ouvert à tous en accueillant concerts, performances ou expositions. L’association Saint-Etienne Réunion, maître d’œuvre des événements, a réussi à faire en sorte que soit franchie la barre des 100 000 visiteurs par an. Un tour de force et une exception en terme de manifestations culturelles.
Les veillées ont leur part de succès dans cet engouement collectif et le 24 décembre prochain verra le temple accueillir la traditionnelle veillée de Noël. Les jours précédant ce rendez-vous, habitants et visiteurs de passage seront également conviés à l’audition d’un chœur et d’un orchestre de chant sacré ainsi qu’à une Veillée de Noël des théâtres alsaciens, respectivement les 21 et 17 décembre.
Le pasteur s’est révélé, au cours de son ministère, un véritable passeur de croyances, de foi ou de culture dans un cadre d’exception.

Informations

Tél : 03 89 46 58 25

Vidéo


Focus

Le pays qui le mérite

Les veillées ont donné leur nom au site de l’Ecomusée d’Alsace devenu « Pays des Veillées de Noël ». Dans ce village, musée vivant du début du 20e siècle, le Noël alsacien des années 1900 est traditionnellement fêté tout au long d’une trentaine de veillées spectacles. De l’Avent à l’Epiphanie, c’est tout l’esprit de Noël à revivre dans une ambiance unique en France.