Quand l’art s’expose du plancher au plafond

Le Ciné-dancing habillé par les compositions colorées de Theo van Doesburg. © Photo R.A.N.
Le Ciné-dancing habillé par les compositions colorées de Theo van Doesburg. © Photo R.A.N.
A-  |  A+
L’Aubette 1928, à la fois musée et œuvre d’art, résout la contradiction entre espace d’exposition et œuvre exposée. Le contenant devenu lui-même œuvre d’art à part entière. Une grande première pour l’époque.

Refermant la face nord de la place Kléber, cette institution strasbourgeoise fut à l’origine un bâtiment militaire. D’où le nom de « L’Aubette » car la relève de la garde s’effectuait tous les jours à l’aube devant cet édifice. Le destin des lieux emprunte un nouveau tournant quand les frères Horn, Mulhousiens d’origine, entreprennent de dédier l’aile droite du site à un complexe de loisirs.

La réalisation sera confiée en 1926 à Jean Hans Arp et Sophie Taeuber-Arp qui s’associeront par la suite à Theo van Doesburg, peintre et architecte. Le trio de créateurs, féru d’avant-gardisme, voit dans le projet l’occasion de donner forme et vie à ses convictions artistiques en considérant le bâtiment à venir comme une « Gesamtkunstwerk » (« œuvre d’art totale »). La conception de cette nouvelle Aubette consistera à mettre en pratique les théories du mouvement néerlandais « De Stijl » sur la conception de l’espace et de la décoration. Ce sera l’un des programmes les plus avant-gardistes des années 20 que les admirateurs et critiques n’hésiteront pas à baptiser « chapelle Sixtine de l’art moderne ».

En subsistent aujourd’hui les espaces du Ciné-dancing, de la Salle des fêtes et du Foyer-bar. Une mise en espace où les structures tout comme les éléments de décor font partie intégrante d’une vaste œuvre d’art à arpenter selon son inspiration tout en se laissant imprégner par l’alchimie des matériaux.

Informations

Tél : 03 88 52 50 00

Focus

Versant Est, fédérateur

Plus d’une vingtaine de membres font vivre un réseau où ressources, projets, événements sont portés à la connaissance du public en vue d’une meilleure diffusion de l’art contemporain. Versant Est, maître d’œuvre de cette dynamique, fédère ainsi des lieux de création et de résidence, des collections publiques, des écoles d’art ou des festivals afin d’enrichir le paysage artistique alsacien déjà privilégié sur le plan de la création alternative.
La diversité de cette offre est visible notamment à travers la diffusion trimestrielle, par Versant Est, d’un « Calendrier d’art contemporain Strasbourg & Alsace ». Un moment fort, parmi d’autres, de l’année artistique en Alsace, le Week-end de l’art contemporain qui a lieu le troisième week-end du mois de mars.

Tél. : 03 88 58 87 55
www.versantest.org